Musique, bonheur et statistiques

Le blog de Corrine Lesnes, correspondante du Monde à Washington (http://clesnes.blog.lemonde.fr/), me fait découvrir cette instructive expérience menée par la Washington Post Magazine.

Juste pour voir, ils ont demandé au violoniste étoile Joshua Bell de mettre un jean, des tennis et une casquette de base-ball, et de jouer de 8h à 8h45 du matin le répertoire de son choix à la sortie d'une station de métro couvert (bonne acoustique) dans un quartier de bureaux. Ils ont filmé pendant une heure et compté les gens qui passaient, les gens qui s'arrêtaient pour écouter, et l'argent donné.

Pour info, le même Joshua Bell avait rempli les 2 625 places du Boston Symphony Hall trois jours auparavant, prix moyen d'une place : 100 $

Il a attaqué par la Chaconne, une des pièces les plus belles, les plus ardues, les plus brillantes de JSBach. Soixante trois personnes passèrent avant qu'une tête ne se tourne pour remarquer la présence du musicien. Au bout de six minutes, une personne s'arrêta pour écouter.

En trois quarts d'heure, sept personnes se sont arrêtées pour au moins une minute. Vingt sept donnèrent de l'argent, la plupart sans s'arrêter, pour un total de 32 $. Ce qui laisse mille soixante dix personnes qui sont passés devant lui sans même le remarquer.

Quand on fait le compte, ça fait 1 personne sur 154 qui s'arrête pour écouter de la belle musique, pour un coût individuel moyen de 0,03 cent. C'est très drôle, mais ça ne veut strictement rien dire, car si l'on oublie le lascar qui s'est arrêté avec un casque sur les oreilles pour regarder le violoniste, les six autres étaient absolument émerveillés de la chance qu'ils avaient d'entendre quelque chose d'aussi beau. La palme revient à Stacy Furukawa, démographe au Ministère du Commerce, qui a reconnu le virtuose et sans chercher à comprendre, un large sourire aux lèvres, a goûté la performance jusqu'à la dernière note.

Bell a vécu l'expérience avec humour et simplicité. Le pire moment ? Quant à la fin de la Chaconne, au lieu du tonnerre d'applaudissements habituel, il ne récolte que des pas indifférents et des regards méfiants. La morale, d'après lui ? Que ça fait du 40 $ de l'heure et que finalement il pourrait bien gagner sa vie comme ça sans avoir à payer un agent....

pour les curieux, la vidéo intégrale de l'expérience : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/video/2007/04/09/VI2007040900536.html

sam 14 avr 2007

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche