Marsavrille

Je n'ai jamais aimé le printemps à Paris : froid, pluie, virus en pagaille et embellies trompeuses. A tel point que je n'arrive pas à faire la différence entre mars et avril, long et gris tunnel obligatoire pour arriver à mai. D'habitude je m'arrange pour être sur la route à cette période, mais cette année je suis puni et ne ferai avec Organics que de brèves incursions dans le sud de la France. Condamné à la germination solitaire, je passerai donc la plus grande partie de ces deux mois dans ma batcave à travailler sur mes divers chantiers (ce dont je me réjouis à l'avance, il faut bien l'avouer). J'adresse donc un salut confraternel à ceux et celles qui détestent le printemps et leur rappelle que c'est le meilleur moment pour s'occuper de son petit jardin intérieur.

lun 25 avr 2005

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche