Irkoutsk

Si vous vous rendez à Moscou, marinez quelques jours dans un bain de vodka, puis prenez l'avion à l'est pendant sept heures et vous atterrirez à Irkoutsk, la ville des décembristes. Ces derniers, s'insurgeant contre le servage et l'autorité du tsar, furent en 1825 ou pendus ou exilés dans ce ce coin solitaire de Sibérie connu principalement pour ses fourrures, son froid et son éloignement. Ils y prirent pied en ouvrant ateliers et écoles, donnant à cette ville de trappeurs un tour d'esprit peu commun.

De là, une petite heure de voiture vous déposera au bord du lac Baïkal (un cinquième des réserves mondiales d'eau douce, 1637 mètres de profondeur, 636 km de long, 50 km de large...) sur la croûte glacée duquel, durant la guerre russo-japonaise, l'armée fit passer en hiver 64 locomotives et 2340 wagons. Au nord, l'île d'Olkhon passe pour être un des centres chamaniques les plus puissants de la planète, reléguant les vortex de Sedona (Arizona) au rang d'inoffensifs transformateurs.

Cela dit, c'est le soir que la réalité semble doucement quitter les rails. En effet, comme le Japon est le centre industriel automobile le plus proche, les voitures ont le volant à droite. Mais comme la loi est la même partout en Russie, eh bien les voitures roulent aussi à droite, ce qui est très dangereux. Donc la nuit, tout le monde roule au milieu.

ven 13 avr 2007

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche