Le bonheur est tailleur


Je continue ma série Paris je t'aime avec le tailleur du coin de ma rue.

Il y a quelques années, j'ai en quête d'ourlet poussé la porte de sa petite échoppe pour y découvrir un foisonnement insoupçonné. Sur une surface qui ne doit pas excéder vingt-cinq mètres carrés, reposent une demi-douzaine de tringles chargées d'habits (dont l'une savamment disposée en travers improvise une cabine d'essayage), des machines à coudre, à vapeur, deux chaises (fréquemment occupées par un des ses nombreux visiteurs), une bibliothèque chargée de livres et des murs couverts de cartes postales, où je reconnais en vrac Strawinsky, Baudelaire, Nina Simone, Nietzsche, Spinoza, Deleuze, Bach, il y en a plus de deux cents.

La tranche de certains de ses livres m'apprend qu'il est grec, et grand amateur de la littérature héllenistique classique. D'ailleurs, peu de temps après avoir rompu la glace, il me citait Aristophane dans le texte.

Se décrivant lui-même comme un ancien fanfaron devenu cynique, ennemi intègre de la pensée formatée il s'emporte avec fièvre contre la sottise, l'hypocrisie et l'ignorance. Du coup nous avons des conversations passionnantes car il a horreur de concéder un point rhétorique sans argumenter avec clarté et rigueur.

Puis nous parlons vêtements, il aime beaucoup Adolfo Dominguez, les velours côtelés de Fursac et se fait faire régulièrement des costumes à Savile Row. Il a beaucoup voyagé et parle avec émotion des brasseries art-déco de Bruxelles; le cimetière du Père Lachaise qu'il arpente en connaisseur lui inspire des poèmes émouvants et discrets. C'est avec clairvoyance et sympathie qu'il critique mon dernier disque que je lui offert (il a fait l'ourlet du pantalon que je porte sur la pochette).

Et puis il pose les bonnes questions.

A la mort de Ray Charles je lui faisais part de ma tristesse, à quoi il me répondit qu'il préférait Frank Sinatra. Je m'échauffai en lui répondant que j'échangeais contre un seul Ray Charles dix de ses Sinatra , que j'admirais et respectais, mais qui était sur le plan humain une vilaine petite crapule dont la disparition ne me chagrinait pas plus que ça. Le grand Ray n'était pas un saint non plus, mais qu'est-ce que vous voulez, il me touche à chaque fois.

Il prit deux pas de recul, me fixa posément et dit :

Monsieur de Wilde. Vous êtes de ceux qui pardonnent ou de ceux qui comprennent ?

lun 19 mar 2007

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche