L'envers du discours

A l'occasion d'une exploration à travers la toile sur le pianiste mythique McCoy Tyner, je me suis retrouvé à rechercher un album fameux qu'il avait enregistré en 1975, intitulé Trident, dans lequel il joue du clavecin. En deux coups de souris je me retrouvai sur la page du site Universal qui vend cet album.

Et là, surprise : une reproduction de la couverture de l'album, une indication du temps total et les six titre du disque en écoute/vente. Qui joue quoi, où et quand le disque a été enregistré, sous quel label d'origine, par qui, qui sont les compositeurs des titres, tout cela n'est pas visible. Je clique sur "s'informer" et là un message s'affiche : cliquez sur le bouton “Écouter” ci-dessus pour accéder à la discographie de l'artiste. Je clique sur "écouter", ah merde je suis de retour sur la page d'avant. Je clique sur une des pistes : aucun son. Bon ça arrive parfois avec Safari, je change de navigateur et ré-essaye avec Firefox, même chose. Ah d'accord, encore un site qui marche pas pour les mac. Ah si, il faut cliquer sur "acheter", désactiver un pop-up et là le son se met en route. Super.

La coïncidence m'a frappé, c'était le jour où passait à l'Assemblée le texte sur Hadopi 2.

Je me suis alors souvenu des propos enflammés du président d'Universal, fort présent dans ce débat, au cours duquel il vantait les bienfaits de cette loi pour les artistes et la diversité de la musique en général. Que si seulement on donnait une chance à l'industrie contre la concurrence déloyale des pirates, on allait voir ce qu'on allait voir.

Moi je veux bien, mais je juge sur pièce.

Sur iTunes, qui survit depuis six ans dans la jungle du piratage, on me propose pour le même album un petit texte d'analyse qui cite les musiciens, donne la date de sortie et le label d'origine, plus une tribune libre aux utilisateurs.

Sur Amazon, pareil, sauf que les musiciens ne sont pas mentionnés, mais les avis d'internautes prennent le relais. Ah tiens essayons la Fnac. Alors là, c'est le pompon : le visuel de l'album, une tribune utilisateur désespérément vide et dans ce qui est appelé avec une ironie flagrante la fiche détaillée, on y voit : interprète McCoy Tyner, Editeur Universal, Date de parution juillet 95. Même pas les titres des morceaux, et une information erronée qui confond la date de sortie avec celle du rachat du catalogue par Universal...

Si ma mémoire ne me trahit pas, c'est l'ancien directeur général de la Fnac Denis Olivennes qui a mis en place son système de vente par internet. Détail amusant : lancé à grand renfort de communication, le site proposait à la vente en téléchargement des fichiers audio dotés des fameux verrous numériques (les DRM) dont tout le monde disait qu'ils étaient un obstacle à la vente et qui ont prouvé depuis leur inutilité. On rit moins quand on sait que ce sont les conclusions du fameux rapport Olivennes qui ont engendré les différentes moutures de la loi Hadopi.

Je ne pense pas que la saisie informatique des quelques infos de base concernant le produit qu'on veut acheter constitue un travail insurmontable pour des boîtes comme la Fnac ou Universal (pourtant propriétaire de l'enregistrement !). Avec une poignée de stagiaires, l'affaire est vite réglée.

L'ironie est que ces deux géants ont la chance d'être dominants sur le marché et pourraient à moindres frais montrer le bon exemple, voire même, soyons fous, proposer plus que les autres... Dans un environnement où le piratage contraint les sites légaux à proposer une valeur ajoutée, que faut-il donc penser de ceux qui ne vendent quasiment qu'un mp3 qu'on peut télécharger ailleurs gratuitement ou un disque dont on ne sait rien ? Les autres sites commerciaux le font mieux qu'eux, car ils considèrent avec raison que le contenu du produit qu'ils vendent est une information qu'ils doivent aux acheteurs, si ce n'est aux artistes.

C'est bizarre...Les deux plus vibrants avocats du droit des artistes sont ceux qui en pratique montrent le moins de respect pour eux, ainsi que pour les consommateurs en général...

Sont-ce à eux, avares en carottes mais prodigues en coups de bâton que nous devons confier les clés de notre avenir radieux ?

Et faut-il les croire quand ils réclament un droit qu'ils montrent si peu de goût à pratiquer ?

http://www.universalmusic.fr/artiste/mccoy--tyner/album/00025218672023=trident/

http://www.amazon.com/Trident-McCoy-Tyner/dp/B000000YXA/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=music&qid=1253358246&sr=1-1#moreAboutThisProduct

http://musique.fnac.com/a1692122/McCoy-Tyner-Trident-CD-album?Mn=-1&Ra=-28&To=0&Nu=1&Fr=0

dim 20 sep 2009

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche