Jazz et Super-Héros

Je suis allé voir il y a quelque temps Spiderman 3 (contraint et forcé je l'avoue) et j'ai trouvé ça, comme tout le monde me l'avait prédit, très mauvais.

Mais il y a une scène que j'ai trouvée intéressante. Pour ceux qui ont échappé à ce navet, je résume rapidement : le gentil Spiderman, entre autres calamités, est victime d'une sorte d'algue venue de l'espace qui a le pouvoir lorsqu'elle se plaque contre le malheureux de le changer... en méchant (une ola pour le scénariste).

Voici donc l'inoffensif Peter Parker (Spiderman à la ville) transformé en petit voyou à la mèche suggestive qui au lieu de jouer de la mandoline pour sa promise Marie-Jane décide de céder aux avances de sa copine de classe aux formes avantageuses.

Comme c'est devenu un dur de dur, c'est lui qui prend l'initiative, et pour arriver à ses honteuses fins, le voilà qui invite sa nouvelle conquète... dans un club de jazz !

Et là, je n'ai pas cru mes yeux. Les spectateurs, très classe, limite smoking/robe de soirée, sont debout et dansent sans vraiment danser, un peu comme un cocktail chic filmé en accéléré. L'endroit est plutôt select et exhale un parfum de lascivité soyeuse qui convient parfaitement aux intentions malhonnêtes de notre apprenti voyou (il se conduira d'ailleurs tellement mal qu'il se fera jeter dehors).

Mais ce qui m' a vraiment fait marrer c'est que la copine en question, les yeux écarquillées (sachant qu'elle est là pour passer à la casserole), laisse échapper en entrant dans cet endroit un : c'est super ! je ne suis jamais allé dans un club de jazz !

Moi non plus, du moins jamais un comme ça ... Ce qui est drôle, c'est qu'en France le jazz a deux images : celle d'une musique d'intellos torturés et incompréhensibles, ou celle des bons fêtards entre le pastis et le cassoulet.

Mais aux Etats-Unis, c'est une autre affaire. Le jazz, c'est le SEXE. Faites attention la prochaine fois que vous voyez un film hollywoodien où le héros va passer une soirée "intime" avec sa bien-aimée. S'il met un disque, ce sera du jazz. Bonne nouvelle ! Née dans les bordels de la Nouvelle Orléans, cette musique centenaire semble donc garder dans l'inconscient collectif américain toute sa puissance érotique... à condition bien sûr de la rendre présentable à la copine de Spiderman !

ven 7 sep 2007

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche