Du temps perdu dans les aéroports

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais voyager en avion devient un exercice de plus en plus fastidieux. L'idée selon laquelle on peut détourner un aéroplane avec un coupe-ongle ou une bouteille d'eau offre à la rigidité sécuritaire un large champ de sottises et de régulations appliqué avec la plus grande fermeté.

Ainsi, à l'aéroport de Montréal en route pour Paris, je découvris dans mes poches DEUX briquets Bic, un dans mon pantalon, un dans ma veste. Calamitas ! J'étais en INFRACTION ! Un seul briquet ne suffit pas à détourner un avion, mais deux, visiblement, oui... aussitôt mon imagination s'est mise en route... bon sang mais c'est bien sûr ! en enflammant UN briquet AVEC L'AUTRE, j'étais en possession d'une mini-bombe aux effets dévastateurs !

Mais rien ne vaut la bonne surprise que j'eus en défaisant voilà quelques mois mes bagages dans un hotel de Sofia en Bulgarie.

Le voyage avait commencé par un embouteillage qui allait grosso modo de Paris à Roissy. Motif : les contrôles de police, pour une raison inconnue, se faisaient à l'entrée de l'aéroport et non après l'enregistrement des bagages.

Deux vaillants policiers vérifiaient donc patiemment les quelques trois mille voyageurs qui prenaient l'avion pour un peu partout. Détecteurs de métaux (queue), fouille personnalisée (queue), enregistrement des bagages (queue) re-vérification des passeports (queue) et puis arrivés à Sofia, re-détecteur de métaux, contrôle passeport, fouille personnalisée, etc.

Et puis arrivé à l'hotel, en vidant mon sac de cabine sur mon lit pour y chercher un crayon coincé au fond...

... je retrouvais mon vieux Laguiole que je croyais avoir perdu et que je trimballais avec moi dans tous les aéroports que je fréquentais depuis des mois ! Il était passé à travers tous les détecteurs, fouilles et autres précautions avec pour seule dissimulation ma plus entière ignorance...

Je serais tenté de refaire l'expérience, mais comme ce serait voulu je suis sûr que ça ne marcherait pas. Et c'est bien là-dessus que comptent ceux qui nous contrôlent et nous fouillent pour mieux nous protéger !

mar 4 sep 2007

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche