Chapeau

Je sors de l'exposition au quai Branly sur un siècle de jazz et je me réjouis de l'avoir trouvé excellente. J'étais particulièrement curieux de voir comment son commissaire Daniel Soutif et son scénographe Reza Azard allaient réussir le tour de force de donner à voir ce qui, avant tout, s'entend.

Couvertures de partitions, de disques, affiches, peintures, photos, croquis, quelques films dont certains extraordinaires, un tout petit peu de musique diffusée de quelques bornes, le parti pris de cette exposition est clairement de nous montrer comment pendant un siècle le jazz a été VU.

Une colonne vertébrale chronologique offre au visiteur une allée rectiligne, lui laissant la possibilité de musarder sur les côtés où de véritables trésors attendent les plus curieux. Les sections par périodes sont claires, intelligentes, sensibles.

Bref je ne peux que recommander aux amateurs de jeter un oeil à cette expo qui, dixit son conservateur, est celle qui a connu le plus grand succès depuis l'ouverture du quai Branly.

J'ajoute que mon enthousiasme n'est pas complètement étranger au fait que la fin de l'expo se laisse aller un brin au délire visuel et propose une utilisation esthétique et raffinée des couvercles de piano dont il y a un an dans ce je désespérai de trouver un usage rationnel.

lun 6 avr 2009

Commentaires (0)

aucun commentaire

Laissez-nous un commentaire

Auteur *
 
E-mail
L'email si vous le saisissez ne sera pas visible en ligne, mais nous permettra de prendre contact avec vous pour vous répondre.
 
Message *
 
Recopiez l'image clé
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
 
 
 
 
 
 
 
Laurent de Wilde

Elements de navigation

Moteur de recherche